« À la recherche de Vaubeton » de Michelle Gales – Ciné Club 2019


Un film sur la façon dont nous regardons le passé » 


Projection mardi 3 décembre à 19h30

Aux Ateliers Varan, 6 impasse Mont-Louis 75011 Paris.

« À la recherche de Vaubeton » de Michelle Gales (84′, 2018, France) – Ciné Club 2019

En présence de la réalisatrice du film Michelle Gales accompagnée par  Philippe Berney, Archéologue, l’Université de Bourgogne-Franche-Comté.  

La presse en parle  : 

« Poésie, musique, chants, témoignages des habitants, des artistes, des acteurs de la vie associative locale : le film de Michelle Gales donne à entendre les voix du passé, mais porte un regard tendre et émerveillé sur les paysages et les hommes qui les peuplent maintenant.”

Christine Joseph

 

Synopsis 

Dans ce village de Bourgogne au IXème siècle, Girart de Roussillon et sa femme Berthe fondèrent une abbaye pour femmes, d’abord dans la vallée, par la suite transférée sur la colline connue aujourd’hui comme Vézelay. Quelques siècles plus tard, Girart et Berthe sont devenus personnages d’épopées chantées telle La Chanson de Girart de Roussillon. 

Parmi les libertés prises avec les faits historiques dans cette chanson de geste, on raconte que l’Empereur de Constantinople, pour sceller son alliance avec la France, donne ses deux filles en mariage. Berthe, l’ainée doit devenir Reine et sa sœur, Elissent, femme du Comte Girart. Une fois arrivées à la cour, le roi Charles exige de prendre Elissent pour femme. Girart accepte d’épouser Berthe, un compromis gallant qui lui vaudra l’amour fidèle et immuable de la part des deux sœurs. Cependant, le roi Charles trouve d’autres prétextes pour déclencher le conflit avec Girart, ce seigneur puissant dont il veut reprendre les terres. 

Au mileu de nombreuses batailles évoquées dans La Chanson de Girart de Roussillon, celle de Vaubeton est la plus dramatique. Et dans le film, À la recherche de Vaubeton, la Bataille de Vaubeton est parmi les épisodes que nous entendons chantés dans la version occitane de l’épopée. En effet, ce poème, qui a tant intrigué les historiens, existe en plusieurs versions, dont la plus complète est une mélange de langue d’oïl et langue d’oc.

Entre les interrogations des médiévistes — et peut-être aussi de ceux qui chantaient l’épopée, — une question se posait : “ pourquoi ici ?” Girart et Berthe auraient-ils fondé le couvent de Vézelay pour expier le sang versé sur le champ de bataille ?

C’est pourquoi, dans les années 1930, René Louis, médiéviste et archéologue amateur, est venu chercher le site de la célèbre bataille de Vaubeton, dans le lieu-dit du même nom. Au lieu des traces d’un combat, il a trouvé des vestiges de thermes gallo-romains, puis ceux d’un sanctuaire gaulois ainsi que des puits datant de la période néolithique.

Dans ce paysage, les époques du passé se chevauchent comme les couches des fouilles des Fontaines salées. À travers la poésie, la musique, les objets ou les lieux, ces voix de nos ancêtres nous interpellent. Au rythme des manifestations populaires ou des rencontres d’artistes, habitants et visiteurs se réapproprient l’Histoire et la Légende.

P.S.  On a longtemps cru que le couvent était sous ma maison en bordure du village mais, comme explique Christian Sapin dans le film, les recherches récentes du Centre des Etudes Médiévales situent les bâtiments des moniales sous l’église Notre Dame de Saint Père.

Texte introduction du film

Girart de Roussillon et sa femme Berthe fondèrent une abbaye pour femmes à Saint Père sous Vézelay en 858-859.

Le Comte Girart (aussi connu comme Gérard, Girard ou Gyrart) était un puissant seigneur avant de rentrer en conflit avec Charles le Chauve. 

Girart et Berthe sont aussi les personnages de plusieurs chansons de geste dont la plus célèbre est la Chanson de Girart de Roussillon. 

Dans cette version fabulée, le Pape demanda à l’Empereur de Constantinople de donner ses deux filles en mariage. Le Roi Charles devait épouser l’ainée, Berthe, et Girart sa sœur cadette, Elissent. 

Pour des raisons inexpliquées, les plus anciennes versions du poème, qui datent du XIIème siècle, existent dans un mélange de langue d’Oc et langue d’Oil. 

Au XVème siècle, le Duc de Bourgogne commanda une traduction en français de l’époque, illustrée d’enluminures …

Michelle Gales

Née à Washington DC, Michelle Gales habite en France depuis 1970, où elle a terminé ses études en Linguistique théorique et poursuivi ses recherches personnelles en Histoire de l’Art. Poursuivant une maîtrise en conception et réalisation de films, elle est devenue monteuse en cinéma documentaire et co-fondatrice de La Revue Documentaires. Après trois courts-métrage documentaires sur le thème d’urbanisme à Paris, dont Changement de décor pendant sa formation aux Ateliers Varan, son premier long métrage, Un autre conte de deux villes, compare les transformations dans les quartiers de l’Est de Paris et de Londres. À la recherche de Vaubeton est son deuxième long-métrage documentaire.

Quelques mots sur le film : 

« Il ne s’est pas tant agi pour Michelle Gales de se livrer à un exercice documentaire scientifique et technique, cantonné aux découvertes archéologiques factuels, mais bien plutôt d’observer et de saisir, au présent, les échos de la légende médiévale dans les esprits et les récits des habitants, artistes ou visiteurs du lieu, avec leurs lots d’imaginaire, de ré-interprétation et de reconstruction. »

 Frédéric Effe, www.moyenagepassion.org

… « bien documenté, au plus proche de la réalité archéologique et historique. Il est aussi très proche des gens avec délicatesse. »   

                                                               Christine Joseph, l’Yonne républicaine

« J’aime le rythme, les images enracinées, bien ancrées dans la proximité, avec un bon équilibre de dialogue, entretien, parole. C’est aussi sympathique d’entendre votre interaction avec les gens, un présence agréable. »

Jeffrey Ruoff, cinéaste historien, enseignant à Dartmouth

« (Your film on Vaubeton is beautiful, I like the pacing, lots of engrained imagery, well-rooted in the local, with just the right amount of dialogue, interview, speech. It’s also nice to hear you talk and interact with the locals, very comfortable presence. (text original)

« ….des paysages, des impressions de nature et de pierres, le goût du Moyen Âge et des traces trouvées dans le sol des vignes… Depuis la musique jusqu’aux vendanges, c’était de vraies madeleines de Proust ! … en tissant passé et présent, et cela provient d’une rencontre en profondeur avec cette région où le passé est là partout autour de nous. »

Gaëlle Rillard, enseignante chercheuse en cinéma

Générique du film

avec la participation de 

Fé Avouglan, Yasmina Belferoum, Philippe Beyney, Marcel Blandin, Thierry Cornillon, Olivier Feraud, Henri Garnier, Sylvie Gourlet, 

Toshio Hirai, Dominique Janvier, Ali et Ahmed Nikiema, 

Ginko Ogashiwa, Christian Sapin, Sara Saragoni, Philippe Tollard, Domitille Vigneron, Sylvie Wlotkowski et Michel Zink 

et pour la cérémonie des Druides

Carine Bordet, Mathieu Debray, Emilie Desplats, Jean-Claude Nivert

musique

Chants des troubadours et extraits de 

La Chanson de Girart de Roussillon

Domitille Vigneron, voix et vièle à archet 

Thierry Cornillon, voix, flute, frestel, trompe à cor 

Olivier Feraud, lyre, psalterion, vièle

Le Chant des Druides

deFrançoise Pons etJean Liebermann

Les Disparus 

comp:Cécile Girard et Sylvain Girardeau 

int.:C. Girard

Casta Diva deNorma, 

chanté par Fé Avouglan, accomp.Marianne Blivet 

Le Scottish du regret 

trad/int:  Sylvie Gourlet

Le Branle du rat

trad/int : Les Gui Yant Neux d’Raporçon

Muses ornées,

comp./arr./int. : Le Surnatural Orchestra

image et son 

Michelle Gales

images complémentaires (Super 8)

Arlette Girardot, 

son complémentaire

Lola Corps 

Thierry Cornillon 

assistante à la réalisation

Madoka Nishino

montage

Nadir Hadjérioua

montage son

Suzanne Durand

mixage son

Jean-Marc Schick

étalonnage

Romain Pierrat

producteur délégué

Isabelle Russo

producteur associé

M. J. Sullivan

réalisation

Michelle Gales

Débat animé par Mina Rad

Pour en savoir plus :

http://www.moyenagepassion.com/index.php/2018/10/27/a-la-recherche-de-vaubeton-un-film-documentaire-de-michelle-gales-sur-les-traces-de-girart-de-roussillon/

https://www.moyenagepassion.com/index.php/2019/10/06/a-la-recherche-de-vaubeton-projection-echange-a-vezelay-le-25-octobre/


A propos de Mina Rad

Mina Rad est une réalisatrice documentaire. Elle a réalisé les film "Tienda Esquipulas" et "Pour moi le soleil ne se couche jamais". Par ailleurs, elle a travaillé comme reporter culturel pendant plus de 20 ans.

Laissez un commentaire