Bandeau centenaire

Editions Montparnasse : COFFRET DE 26 FILMS RARES ET INÉDITS DE JEAN ROUCH


Editions Montparnasse

Présente le 15 décembre 2017 en association avec le

 

Le coffret 10  DVD collector de 26 films inédits

« Jean Rouch était le sorcier blanc de l’Afrique et du cinéma » Jacques Mandelbaum, Le Monde

« Un cinéaste doit avoir des semelles de vent, partir ailleurs… ». Jean Rouch

« Le cinéma, art du double est déjà le passage du monde du réel au monde de l’imaginaire, et l’ethnographie, science des systèmes de pensée des autres est une traversée permanente d’un univers conceptuel à un autre » Jean Rouch, 1981

« Il n’y a pas d’années de bon films comme il y a des années de bons vins. Le beau film est un accident, un croc-en-jambe au dogme et ce sont quelques-uns des films qui méprisent les règles, de ces films maudits dont la cinémathèque française est le trésor, que nous prétendons défendre et présenter ici » Jean Cocteau, 1949

 

Editions Montparnasse est l’éditeur de l’œuvre de Jean Rouch en DVD depuis une douzaine d’années (plus de 5 prestigieuses éditions DVD déjà éditées).

En 2017 Jean Rouch, ce grand cinéaste et ethnographe amoureux de l’Afrique, aurait eu 100 ans. La Fondation Jean Rouch, l’association Le Centenaire Jean Rouch 2017 et le Ministère de la Culture, célèbre cet immense cinéaste, pionnier de la Nouvelle Vague au fil de rétrospectives de films à la Cinémathèque et de de grandes expositions (à la BNF et au quai Branly).

C’est tout naturellement que nous éditons ce coffret collector de 10 DVD et 26 films inédits de Jean Rouch  en partenariat avec le CNC – une proposition de la Fondation Jean Rouch et de l’association Centenaire Jean Rouch 2017.

« Jean Rouch un cinéma léger! » est un bel échantillon des thèmes et des genres traversant le cinéma de Rouch.  Des films rares, précieux, inédits. Cette édition exceptionnelle permettra d’effleurer la légèreté du cinéma de ce grand pionnier avec des éthnofictions comme « Babatu. Les 3 conseils » présenté en version restaurée à Cannes Classics 2017, « Damouré parle du sida », des rituels traditionnels et modernes en pays Dogon, au Niger,  mais aussi des jolies promenades ou ciné-portraits tel que celui de Raymond Depardon.

 


Extrait –  « Babatu. Les 3 conseils » présenté en version restaurée à Cannes Classics 2017

 

CE COFFRET DE 26 FILMS RARES ET INÉDITS DE JEAN ROUCH OFFRE UN BEL ÉCHANTILLON DES THÈMES ET DES GENRES QUI TRAVERSENT SON CINÉMA, ET PERMET D’EN MESURER LA RICHESSE, LA VARIÉTÉ, LA LÉGÈRETÉ…

 

LE PREMIER des trois ensembles est constitué de ces films si particuliers que l’on a pu nommer «ethnofictions », des films à la lisière du documentaire et de la fiction, des films graves et drôles en même temps, des films au pluriel, réalisés par une bande d’amis franco-nigériens : Jean Rouch, Damouré Zika, Lam Ibrahim Dia, Tallou Mouzourane, Moussa Hamidou, et quelques autres… Dans Babatu, la bande au grand complet et en costumes, flanquée de nombreuses « guest-stars », réincarne l’épopée guerrière des grands chefs zarma. Puis, c’est Damouré Zika en famille, avec ses enfants, sa femme ou sa cousine, à Niamey ou à Venise. Enfin, le film-testament de la bande, Moi fatigué debout, moi couché, tourné juste avant que le premier d’entre eux ne disparaisse.

 

LE SECOND ensemble présente un grand nombre de rituels, au sens large, traditionnels ou modernes : des rituels du peuple que Jean Rouch connaît le mieux, les Songhay (l’inauguration d’une section du beau Musée du Niger à Niamey, ou un rituel d’adieu à l’un des prêtres magistraux de la ville…), aux rituels d’un peuple qu’il adoptera également, les Dogon – dont nous parle savamment, dans un triple portrait, sa collaboratrice et amie à Bandiagara et à Paris, Germaine Dieterlen -, à un ensemble de cérémonies modernes (politiques – célébrant par exemple l’indépendance nouvellement acquise du Niger -, ou festives – avec ces goumbés énergiques pleines de chants et de musiques et omptant parmi les meilleurs danseurs du monde).

 

LE TROISIÈME ensemble nous invite à quelques promenades parisiennes, « inspirées », littéraires et amoureuses – dans les parcs, les rues ou les musées du cinéma -, puis nous offre une galerie de « ciné-portraits » vivaces, amusés et complices, de maîtres et amis : des sages et érudits Amadou Hampâté Ba et Théodore Monod, au philosophe Stanislas Adotevi, du fol sculpteur japonais Taro Okamoto, à l’« opérateur culturel » et réalisateur iranien Farrock Gaffary, aux cinéastes Bill Witney, Raymond Depardon …

 

Pour Jean Rouch, une œuvre n’est jamais un ensemble fini, figé, mais plutôt un matériel de travail toujours en cours, et sa production cinématographique est constituée, pour près de la moitié, de films inachevés. Dans ce coffret, sont publiés pour la première fois des films inachevés : Cousin, cousine ; Germaine et ses copains ; Hampâté Bâ ; Cinéportrait de Stanislas Adotevi ; Ciné-portrait de Bill Witney.

 

Andrea Paganini,

Délégué général du Centenaire Jean Rouch 2017

 

 

 

Listes des films du coffret 10 DVD

Jean Rouch, un cinéma léger !

 

Jean Rouch est riche d’une œuvre cinématographique de référence : elle est fondatrice de la« Nouvelle Vague » et d’un cinéma libre. Dans un florilège d’images et de musique immémoriale, la voix incomparable de Jean Rouch nous emporte aux frontières du réel et de l’imaginaire, mêlant le rire et le sérieux aux choses graves ou futiles de la vie des gens en Afrique comme à Paris. De merveilleuses histoires sont ainsi données à voir et à entendre comme autant de contes sans fin, dédiés aux talentueux maîtres africains de la parole et confiés aux enfants passeurs de mémoire. »

Bernard Surugue, Responsable du secteur audiovisuel de l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD)

 

ETHNOFICTIONS

Bons baisers du Niger 

DVD 1

-BABATU. LES 3 CONSEILS (Niger, 1973-76) 96 min

© Inoussa Ousseini/CNRS/CFE/Jocelyne Rouch – Restauration numérique CNC.

Présenté en copie restaurée à Cannes Classics 2017 – Festival Cannes 1976 : Nommé Palme d’Or, Nommé Grand Prix, Nommé Prix de la mise en scène

Au XIXe siècle, dans la boucle du Niger. Un berger et un chasseur partent capturer des esclaves au pays du roi guerrier Babatu. Mais après sept ans de guerre, ils rentrent chez eux avec pour viatique trois conseils : ne jamais dépasser un village au coucher du soleil, ne jamais traverser une rivière en crue, et, si l’on se met en colère le soir, attendre le lendemain pour agir. Ce « gri-gri » leur est donné par un vieux sage contre une captive….

 

 

DVD 2

-ZOMO ET SES FRÈRES (Niger, 1975) 19 mn

© CNRS/CFE/Jocelyne Rouch – Numérisation CNC à partir des originaux en super 8.

-COUSIN, COUSINE(Italie/Niger, 1985-87) 32 min

© Jocelyne Rouch – Restauration CNC.

Avec Damouré Zika, Mariama Hima.

Damouré Zika à Venise s’embarque dans une histoire de gondoles.

 

 

 

 

 

– DAMOURÉ PARLE DU SIDA (Niger, 1991-92) 10 mn

© CNRS/CFE/Jocelyne Rouch – Numérisation CNC.

« C’est une maladie qui s’attrape par l’amour et qui se guérit par l’amour ». Quand l’infirmier Damouiré Zika parle du sida avec ses deux amis Lam et Tallou, sous les yeux admiratifs de sa femme Lobo, qui est aide-infirmière, c’est parce qu’il croit que le sida est « une maladie de l’amour que seul l’amour peut vaincre. »

 

DVD 3

 –MOI FATIGUÉ DEBOUT, MOI COUCHÉ (Niger, 1996-97) 87 min

© CNRS/CFE/Jocelyne Rouch – Numérisation CNC.

Avec Damouré Zika (Damouré), Lam Ibrahim Dia (Lam), Tallou Mouzourane (Tallou), Jean Rouch (Jean)

Si tu rêves sous un arbre acacia albida frappé par la foudre mais toujours vivant, tes rêves deviendront réalité et comme le dit l’historien nigérien Boubou Hama : « le double d’hier renconteer demain »…

 

RITUELS TRADITIONNELS ET MODERNES

Possessions (Niger) 

DVD 4

-HAMPI. LE CIEL EST POSÉ SUR LA TERRE (Niger, 1960-62) 23 min

© CNRS/CFE/Jocelyne Rouch – Numérisation CNC.

Un vase rituel, le Hampi, est déposé au centre du musée en plein air de Niamey au cours d’une cérémonie pendant laquelle se déroulent des danses de possession.

-YENENDI DE GANGHEL. LE VILLAGE FOUDROYÉ (Niger, 1968) 36 min

© CNRS/CFE/Jocelyne Rouch – Restauration argentique et numérisation CNC.

Au cours du mois d’août, un éclair frappe un petit village de pêcheurs, près de Niamey. le prêtre Zima et le pêcheur Sorko organisent un Yenendi, une cérémonie de purification.

-PAM KUSO KAR. BRISER LES POTERIES DE PAM (Niger, 1974) 13 min

© CNRS/CFE/Jocelyne Rouch – Numérisation CNC.

-HORENDI (Niger, 1972) 72 min

© CNRS/CFE/Jocelyne Rouch – Restauration numérique CNC.

En février 1974, Pam Sambo Zima, le plus vieux prêtre des cultes de possession à Niamey meurt à plus de 70 ans. Dans sa cour, les disciples cassent, comme le veut la coutume, les vases rituels du prêtre et pleurent sa disparition.

 

Dogons (Mali) 

DVD 5

-BATTERIES DOGON. ÉLÉMENTS POUR UNE ÉTUDE DES RYTHMES (Mali, 1964-65) 28 min

© CNRS/CFE/Jocelyne Rouch – Numérisation CNC.

Etude des différents rythmes frappés sur des tambours de pierre, de bois et de peaux. Usage du ralenti à fois esthétiques et pédagogiques.

-FUNÉRAILLES À BONGO. LE VIEIL ANAÏ. 1848-1971 (Mali, 1970-79) 70 min

© CNRS/CFE/Jocelyne Rouch– Restauration argentique et numérisation CNC.

Coréalisé avec Germaine Dieterlen.

Le doyen du village de Bongo au Mali était le chef de la société des masques…

 

 

 

 

 

DVD 6

GERMAINE CHEZ ELLE (Mali, 1994) 35 min

© CNRS/CFE/Jocelyne Rouch – Restauration numérique CNC.

-HOMMAGE À MARCEL MAUSS. GERMAINE DIETERLEN (Mali, 1977) 27 min

© CNRS/CFE/Jocelyne Rouch – Restauration numérique CNC.

Au cours d’un colloque au Mali, Germaine Dieterlen commente les peintures de la grotte de Songo qui illustrent les grands mythes de la création du monde chez les Dogon.

 

-GERMAINE ET SES COPAINS (Mali, 1996) 16 min

© CNRS/CFE/Jocelyne Rouch – Numérisation CNC.

Modernités africaines (Côte d’Ivoire)   

 

 DVD 7

FÊTES DU NIGER. DÉCEMBRE 1961. FÊTES COMMÉMORATIVES DE L’INDEPENDANCE DE LA REPUBIQUE (Niger, 1961-62) 33 min

© CNRS/CFE/Jocelyne Rouch – Numérisation CNC.

 

-L’AFRIQUE ET LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE (Côte d’Ivoire/Niger/Nigéria, 1960-64) 31 min

© Institut français – Numérisation CNC.

-MONSIEUR ALBERT, PROPHÈTE (Côte d’Ivoire, 1962-63) 24 min

© Argos Films – Numérisation CNC.

La vie dans une communauté de disciples harristes dans le village de Bregbo en Côte d’Ivoire sous l’égide de leur « prophète », Alberto Atcho.

 

-LA GOUMBÉ DES JEUNES NOCEURS (Côte d’Ivoire, 1964-65) 26 min

© Les Films de la Pléiade – Restauration et numérisation CNC.

A Abidjan dans le quartier populaire de Treichville, l’association « la goumbé des jeunes noceurs » se réunit pour de spectaculaires exhibitions de chants et de danses modernes. Elle regroupe d’anciens villageois venus tenter leur chance en ville. Grâce à la goumbé, ils espèrent maintenir la tradition rurale et s’assurer entraide et solidarité.

La caméra de Jean Rouch nous fait suivre les préparatifs de la fête.

 

PROMENADES ET PORTRAITS

DVD 8

-LA PUNITION OU LES MAUVAISES RENCONTRES (France, 1960-63) 63 min

© Les Films de la Pléiade– Restauration et numérisation CNC.

Avec Nadine Ballot (Nadine), Jean-Claude Darnal (étudiant), Jean-Marie Simon (L’ingénieur), Modeste Landry (un Ivoirien)

Le film suit les rencontres de Nadine qui vient d’arriver à Paris sur le ton de la commedia dell’arte. Diffusé par l’ORTF en 1962.

 

 

 –FAIRE-PART. MUSÉE HENRI LANGLOIS – CINÉMATHÈQUE FRANÇAISE

(8 juillet 1997) (France, 1997) 53 min

© CNRS/CFE/Jocelyne Rouch – Numérisation CNC.

« Ce film réalisé en un après-midi est une “promenade inspirée”, c’est-à-dire la découverte d’une exposition où j’improvise le commentaire. Les cinq plans-séquence successifs suivent l’ordre chronologique de l’Histoire du Cinéma tel que Langlois l’avait conçu il y a une trentaine d’années. Deux semaines plus tard, le Musée était dévasté à jamais par suite de l’incendie du Palais de Chaillot. Alors le petit bout de film que l’on a fait c’est un peu se souvenir. » (Jean Rouch)

DVD 9

HAMPÂTÉ B (Côte d’Ivoire, 1984) 45 min  

© Jocelyne Rouch – Numérisation CNC.

Ciné – portrait : Amadou Hampâté Bâ un écrivain et ethnologue malien filmé par Jean Rouch

-CINÉ-PORTRAIT DE STANISLAS ADOTEVI(Niger, 1978) 10 min

© Jocelyne Rouch – Restauration numérique CNC.

 

-HOMMAGE À MARCEL MAUSS. TARO OKAMOTO (Japon, 1974) 17 min

© CNRS/CFE/Jocelyne Rouch – Restauration argentique, numérisation CNC.

Ciné-portrait d’un artiste japonais,Tara Okamoto, qui a étudié avec Marcel Mauss à l’Ecole pratique des hautes études à Paris de 1930 à 1939.

 

DVD 10

-ISPAHAN. LETTRE PERSANE (Iran, 1977) 40 min

© CNRS/CFE/Jocelyne Rouch – Restauration argentique, numérisation CNC.

La rencontre de Jean Rouch avec son ami cinéaste Farrokh Gaffary donne lieu à une promenade inspirée dans la mosquée du chah à Ispahan (Iran).
Farrokh Gaffary tout en guidant Jean Rouch dans la mosquée, lui fait découvrir les beautés de l’architecture de la mosquée (jeux de lumière et d’ombre, ornementations…) et son inscription dans la ville. Tout au long de cette visite détaillée des différents espaces, ils discutent des rapports complexes de l’Islam avec la mort, le sexe et le cinéma.

 

-CINÉ-PORTRAIT DE RAYMOND DEPARDON PAR JEAN ROUCH ET RÉCIPROQUEMENT(France,1983) 12 min

© Télélibération – Restauration argentique, numérisation CNC.

Avec Raymond Depardon, Jean Rouch.

A l’occasion de la sortie de Reporters, Jean Rouch filme Raymond Depardon qui filme Jean Rouch.

 

 

-CINÉ-PORTRAIT DE BILL WITNEY (France, 1986) 11 min

© Jocelyne Rouch – Numérisation CNC

 

Ses œuvres déjà éditées en plusieurs coffrets DVD :

Les films de Jean ROUCH, archives uniques sur l’Afrique, petits bijoux pour les cinéphiles, sont aussi des contes qui mettent en scène des histoires toutes simples – la chasse, le voyage, l’amour et la mort, l’apprentissage et l’amitié – à la portée universelle. Certains films relèvent de la tradition anthropologique pure, d’autres de la fiction humoristique. Des thématiques (« Ciné-Transe », « Ciné-Conte », « Ciné-Plaisir » et « Ciné-Rencontre ») permettent de mieux appréhender la diversité, le foisonnement de l’œuvre Rouchienne.

 

-COFFRET 4 DVD « JEAN ROUCH »

DVD 1
Ciné-Transe
« Les maîtres fous » 1956, 28mn
« Mammy Water» 1956, 18mn
« Les tambours d’avant / Tourou et Bitti » 1972, 9mn

Ciné-Conte
« La chasse au lion à l’arc » 1967, 77mn
« Un lion nommé l’Américain » 1972, 20mn

DVD 2
Ciné-Plaisir
« Jaguar » 1955, 88mn
« Moi, un Noir » 1959, 70mn

DVD 3
Ciné-Rencontre
« Petit à petit » 1971, 92mn
« La pyramide humaine » 1961, 88mn

DVD 4
Ciné-Rouch

« Jean Rouch raconte Pierre-André Boutang » 104mn
Dans ces entretiens inédits, tournés en 1992, le cinéaste raconte son itinéraire, enfance, apprentissage, le choc de la guerre de 1940, le départ pour l’Afrique, un peu par hasard, et puis la découverte d’un monde inouï, insoupçonné. A dater de 1942, Jean Rouch ne quittera plus le continent noir, ou alors, ce sera pour mieux y revenir. Adopté par l’Afrique, cet anthropologue, inspiré par les surréalistes, se met au cinéma : par cela, il fonde le 7ème art africain. Devant la caméra de Pierre-André Boutang, Jean Rouch raconte l’histoire de ses films, ses amitiés, ses fulgurances.

« A propos de Jean Rouch, conversation Bernard Surugue/Patrick Leboutte » 28mn
Bernard Surugue, Directeur de recherche à l’IRD (Institut de Recherche et de Développement, Paris) et cinéaste, a parcouru les pistes africaines avec Jean Rouch. Ils ont tourné ensemble de nombreux films, voyagé et enquêté ensemble pendant des années. Bernard Surugue puise dans cette amitié et cette proximité artistique pour présenter l’oeuvre de Jean Rouch.

« Les veuves de 15 ans » 1966, 24mn
Un court-métrage de Jean Rouch, considéré comme l’un des tous premiers films de la Nouvelle Vague.

« Le double d’hier a rencontré demain… » 2004, 10mn
Film inédit de Bernard Surugue réalisé avec Jean Rouch la veille de sa mort.
Ce court film, qui mêle des éléments d’archives aux dernières images filmées de Rouch, évoque avec poésie la disparition du « griot blanc ».

 

-COFFRET 4 DVD « JEAN ROUCH, UNE AVENTURE AFRICAINE »

« Un cinéaste doit avoir des semelles de vent, partir ailleurs… ». C’est ainsi que Jean Rouch nous invite à de savoureuses rencontres, sérieuses ou joyeuses, dans l’univers mythologique des sociétés de la boucle du Niger. Il en a rapporté ces films, qui sont autant de contes universels. Ils sont également l’héritage d’une histoire passionnelle entre Jean Rouch et l’Afrique. C’est là-bas qu’il tourna ses premiers films, c’est là-bas qu’il ne cessa de revenir.

Ces expéditions nous conduisent notamment à la rencontre et à la découverte du peuple Dogon à qui il consacra plusieurs films (Cimetières dans la falaise) mais surtout Sigui synthèse, l’incroyable film qui nécessita 7 ans de tournage, inspirés par son ami et maître Marcel Griaule (Au pays des DogonsSous les masques noirs).

Certains films de ce coffret de l’aventure africaine de Jean Rouch relèvent de la tradition ethnologique pure, d’autres de la pure fiction humoristique comme ces perles du Niger : Foot Girafe et VW voyou.

 

DVD 1
Les Fils de l’eau
De 1946 à 1951 : L’expédition en pays songhay, le long du fleuve Niger

Contenu du DVD 1:

  • « Au pays des mages noirs » de Jean Rouch (Niger, 1947 – 12 min – N & B)
  • « Les magiciens du Wanzerbe » de Jean Rouch (Niger, 1949 – 33 min – N & B)
  • « Circoncision » de Jean Rouch (Mali, 1949 – 15 min – couleur)
  • « Initiation à la danse des possédés » de Jean Rouch (Niger, 1949 – 23 min – couleur)
  • « Bataille sur le grand fleuve » de Jean Rouch (Niger, 1951 – 33 min – couleur)
  • « Yenendi, les hommes qui font la pluie » de Jean Rouch (Niger, 1951 – 29 min – couleur)

Complément DVD

« Jean Rouch, chercheur et cinéaste » (9 min – couleur)

DVD 2
Le Peuple de la falaise
Première expédition aux pays des Dogons au Mali en 1950

 

Contenu du DVD 2:

  • « Sur les traces du renard pâle – Recherches en pays dogon 1931-1983 » de Luc de Heusch (1984 – 48 mn – N&B et couleur)
  • Autour de Marcel Griaule :
    • « Au pays des Dogons » de Marcel Griaule (Mali, 1931 – 10 min – N & B)
    • « Sous les masques noirs » de Marcel Griaule (Mali, 1939 – 9 min – N & B)
    • « Funérailles dogon du professeur Marcel Griaule » de François di Dio (Mali, 1956 – 15 min – couleur
  • « Cimetières dans la falaise » de Jean Rouch (Mali, 1951 – 18 min – couleur)
  • « Le Dama d’Ambara » de Jean Rouch et Germaine Dieterlen (Mali, 1974 – 59 min – couleur)

Compléments DVD

  • « Jean Rouch raconte la sortie des masques » (11 min – couleur)
  • « L’école des masques » de François di Dio (15 min – N & B et couleur)

DVD 3
Sigui
Retour en pays Dogon : Jean Rouch filme, sur 7 ans, le rituel des cérémonies du Sigui, un film unique

 

Contenu du DVD 3 :

« Sigui synthèse (1967-1973). L’invention de la parole et de la mort » de Jean Rouch et Germaine Dieterlen (Mali, 1981 – 120 mn – couleur)

Compléments DVD

  • « Énigmes de Sirius » de Jérôme Blumberg et Jean-Marc Bonnet-Bidaut (Mali – 18 mn – couleur)
  • « Jean Rouch raconte les Sigui » (25 mn – couleur)

DVD 4
Le Rire et l’amitié
1973-1974 : Deux perles humoristiques du Niger…

 

Contenu du DVD 4:

  • « Foot Girafe » de Jean Rouch (Niger, 1973 – 20 min – couleur)
  • « VW voyou » de Jean Rouch (Niger, 1974 – 25 min – couleur)

 

 

-DVD « JEAN ROUCH, Cocorico monsieur poulet »

 « Ce film a peut-être été le plus dôle à faire » Jean Rouch

 

 

« Cocorico ! Monsieur Poulet »
Un film de Jean Rouch (93 min., tourné en 16 mm, couleur, 1974)
Dans une 2 CV bringuebalante, Lam, surnommé M. Poulet, s’en va en brousse chercher les poulets qu’il vendra à Niamey. Assisté de Tallou et Damouré, il espère faire des affaires juteuses. Mais les imprévus s’accumulent, les poulets sont introuvables, le fleuve Niger difficile à traverser. Et une diablesse ne cesse de jeter des sorts.

« Bataille sur le grand fleuve »
Un film de Jean Rouch (33 min, tourné en 16 mm, couleur, 1950)
Epopée fluviale au cours de laquelle les pêcheurs Sorko chassent au harpon les hippopotames du fleuve Niger. Une compétition magique entre l’animal et l’homme.
« Cimetières dans la falaise »
Un film de Jean Rouch (18 min, tourné en 16 mm, couleur, 1951)
Document ethnologique et bouleversant témoignage sur les funérailles d’un jeune noyé en pays dogon, falaise de Bandiagara au Mali.

 

 

-DVD « Madame l’eau » de Jean Rouch

Grand Prix International de la Paix – Festival de Berlin 1993

 

La suite des aventures de Damouré, Lam et Tallou. Après JaguarPetit à petit et Cocorico ! Monsieur Poulet, c’est avec grand plaisir que l’on retrouve ce trio de philosophes faussement candides et d’anthropologues farceurs.

À la recherche de solutions pour lutter contre la sécheresse au Niger, ils partent en Hollande, le pays de l’eau et des moulins, et ramènent dans leurs bagages un ingénieur néerlandais et le moulin démontable dont il est l’inventeur. Les péripéties de l’installation de cet engin moderne fournissent à Jean Rouch une libre narration où sa poésie et son humour font merveille sans pour autant trahir le regard ethnographique.

Madame l’eau est un film merveilleusement poétique sur la nécessité actuelle du rapprochement Nord-Sud. Le film met en scène des modes de communication possibles, d’une façon apparemment désinvolte et avec une maîtrise artistique stupéfiante. Il s’agit d’une combinaison originale, entre fiction et documentaire, offrant une image pleine de perspective, d’humour et de profondeur de réalité que l’on souhaite, et des façons de la vivre ensemble.

En complément du DVD, le film Rouch Gang (La Bande de Rouch) des hollandais Steef Meyknecht, Dirk Nijland et Joost Verhey suit le tournage du film Madame l’eau, et met en exergue les rapports entre Rouch et ses acolytes.

 

-DVD « Chronique d’un été » de Jean Rouch et Edgar Morin

Prix de la critique internationale – Cannes 1961
Sélection officielle – Cannes Classics 2011

 

Les prémisses de la Nouvelle Vague par Jean Rouch et Edgar Morin. Un film qui a marqué son époque, dans une version totalement restaurée. Jacques Rivette

Paris, été 1960. Alors que l’on assiste à la naissance de Nouvelle Vague et de ses Quatre Cents Coups, Edgar Morin suggère à Jean Rouch de tenter une expérience cinématographique de « cinéma-vérité ». Ils interviewent des parisiens (et aussi une tropézienne se prenant pour Brigitte Bardot) de toutes classes sociales sur la façon dont ils se débrouillent avec la vie. Première question : êtes-vous heureux ? Les thèmes abordés qui en découlent sont variés : l’amour, le travail, les loisirs, la culture, le racisme…

À la fois micro-trottoir, table ronde, entretien privé, voire intime, ce film révélateur et révolutionnaire est une véritable radiographie de son époque. Une série de rencontres d’hommes et de femmes attachants, d’étudiants (parmi lesquels le jeune Régis Debray), de secrétaires, d’ouvriers, d’une rescapée d’Auschwitz (Marceline Loridan), qui marque l’avènement de ce cinéma vérité cher à Jean Rouch.

Complément DVD :  Un été + 50 de Florence Dauman, qui offre à voir des images non retenues au montage et de nouveaux entretiens, 50 ans après, d’intervenants du film (Edgar Morin, Régis Debray…).

 

-DVD « Paris vu par » de Jean DOUCHET, Jean ROUCH, Jean-Daniel POLLET, Éric ROHMER, Jean-Luc GODARD et Claude CHABROL

Collectif de films d’une durée totale de 100 minutes

… milieu des années 60, la Nouvelle Vague cherche un second souffle, et les Cahiers du cinéma, son berceau, ont vécu une lutte intestine mouvementée. Barbet Schroeder, jeune cinéphile passionné de 23 ans, imagine de produire pour les Films du Losange (la société fondée par Éric Rohmer) un manifeste, et de confier une caméra 16mm, de la pellicule couleur et un quartier de la capitale à six cinéastes en leur demandant un court-métrage. Simplicité originelle, désinvolture du tournage rapide, improvisation de l’instant, authenticité du son direct, affranchissement de toutes les contraintes techniques et économiques, telle est cette expérience cautionnée par Godard, Rohmer, Chabrol…. Il était prévu que chacun des réalisateurs réalise ensuite un long métrage dans le même quartier. Mais l’histoire en a décidé autrement, il n’y aura pas de suite… et la Nouvelle Vague bientôt ne sera plus.

Ce qui rend ce film encore plus mythique !

 

-GARE DU NORD de JEAN ROUCH

Avec Nadine BALLOT, Barbet SCHROEDER, Gilles QUÉANT

Odile et Jean-Pierre ont une brouille qui dégénère en rupture. Elle rencontre un inconnu qui lui promet une vie dont elle avait rêvée. Si elle refuse, il se suicidera…

 

 

 

 


A propos Mina

Mina Rad est une réalisatrice documentaire. Elle a réalisé les film "Tienda Esquipulas" et "Pour moi le soleil ne se couche jamais". Par ailleurs, elle a travaillé comme reporter culturel pendant plus de 20 ans.

Laissez un commentaire