Tënk

Actualité Tënk 14 avril


●● Cette semaine sur Tënk
Diagonale du vide de Guillaume Ballandras (27 minutes, 2016)
Le festival Visions du réel débute la semaine prochaine en Suisse. Convaincu que le documentaire est la forme artistique contemporaine la plus originale et en même temps la plus accessible, Visions du réel se donne la mission d’être un explorateur des réalités complexes de notre histoire passée et contemporaine.
Partenaires de ce grand festival international, nous sommes heureux de le mettre à l’honneur : pendant les 3 prochaines semaines, découvrez des films de l’édition 2017 et des précédentes ! Les films Visions du réel sont identifiés par un petit coin rouge. Au programme cette semaine, découvrez ceux que nous avons particulièrement aimé en 2016 et 2015 : l’extrême UzuThe RockForeign Affairs et Diagonale du vide !

Savez-vous que Guillaume Ballandras et Marie Bottois, auteur-e-s des films Diagonale du vide et Slow-Ahead, ont travaillé sur l’écriture de ces films à Lussas, grâce aux formations proposées par l’École documentaire ? Elle vient d’ailleurs d’ouvrir ses inscriptions. Vous avez jusqu’au 19 mai 2017 pour faire les démarches (pour les informations : par ici, pour les inscriptions, par là).

À seulement une semaine du premier tour des présidentielles, nous vous invitons à poursuivre avec nous le cycle électoral que nous avons initié la semaine passée avec Les Deux Marseillaises.
Cette fois-ci : Le Président d’Yves Jeuland. Le 21 mars 2010, Georges Frêche est réélu dans son fauteuil de Président de la Région Languedoc-Rousillon. La forme discrète du cinéma direct d’Yves Jeuland permet d’approcher cet homme trop bavard, trop imposant, trop grande gueule, ce « monstre-qui-avale-tout ». Se dévoile alors toute la démesure d’une fonction présidentielle qu’en ces temps électoraux, nous contemplons avec une acuité bien particulière.
Dans une veine tout aussi politique, ou politicienne, regardez Foreign Affairs de Pasha Rafiy, présenté notamment à Visions du Réel en 2016, dans la section Regard Neuf, dédiée aux premiers longs métrages.

Dans notre plage Écologie, c’est le chef-d’œuvre de Yann Le Masson, coréalisé avec Bénédicte Deswarte, que nous programmons : Kashina Paradise
Yann Le Masson sort diplômé de l’IDHEC en 1955, en tant que chef-opérateur. Il est rattrapé par la guerre d’Algérie et en revient traumatisé. Il se promet alors de protester par les moyens de son art contre les guerres coloniales. Kashina Paradise est l’analyse au scalpel d’une société japonaise à l’orée des années 1970, enserrée entre le développement du capitalisme et la poursuite d’un carcan social encore très puissant.
En 2009, il était venu à Lussas rencontrer les étudiants. En guise d’introduction à son cours sur l’optique, il disait ceci : « La virtuosité de la tenue à la main du sabre japonais est approximativement semblable à la maîtrise aujourd’hui de la tenue à la main de la caméra lors d’un tournage en cinéma direct, face à l’évènement imprévisible qu’il faut savoir filmer. » Voilà de quoi nous sensibiliser à l’image qu’il réalise pour Kashina Paradise : la caméra semble greffée au corps, l’attention et l’habileté des cadres nous laissent peu à peu comprendre la comparaison qu’il tente entre le maniement d’une caméra et les arts martiaux. Ce film l’une des références majeures du cinéma militant.

Enfin, ne manquez pas Opération Lune de William Karel ! Vous avez encore 7 jours également pour les 15 minutes de Lecture pour tous – Entretien avec Michel Foucault, mais aussi Conversations – Commerce musical et amoureux de Claude Mouriéras.

Bons films !

Sur Tënk dès aujourd’hui

Le Président

Yves Jeuland
95 minutes, 2010

Voyage au cœur de la campagne électorale de George Frêche, candidat à sa réélection au poste de Président de Région en 2010

Kashima Paradise

Yann Le Masson, Bénédicte Deswarte
105 minutes, 1973

Entre Kashima et Tokyo, se construit vers 1970 un aéroport : récit de la lutte des paysans qui refusent de vendre leurs terres

La Vie de Chantier

Yann Pierre
34 minutes, 2014

Quotidien et conditions de travail d’un groupe d’ouvriers du bâtiment portugais qui prend la parole

Slow-Ahead

Marie Bottois
20 minutes, 2015

Film poétique, éloge aux mastodontes de métal qui naviguent sur la Seine, entre les ports maritimes de Rouen et du Havre

Foreign Affairs

Pasha Rafiy
75 minutes, 2016

La vie simple et un peu vide de Jean Asselborn, ministre des affaires étrangères et européennes du Luxembourg

VISIONS DU RÉÉL

Diagonale du vide

Guillaume Ballandras
27 minutes, 2016

Le long de la diagonale du vide, on observe des espaces absurdes, des non-lieux incongrus de notre vie contemporaine

VISIONS DU RÉÉL

The Rock

Hamid Jafari
25 minutes, 2016

Dans le sud de l’Iran, dans un paysage austère et minéral, une femme semble condamnée à détacher des rochers d’une falaise

VISIONS DU RÉÉL

Uzu

Gaspard Kuentz
28 minutes, 2015

Film ethnographique en caméra embarquée : plongée dans le rituel religieux sans doute le plus violent du Japon

VISIONS DU RÉÉL
Dernières séances
encore 7 jours

Opération Lune

William Karel
52 minutes, 2002

Njaka Kely

Michaël Andrianaly
59 minutes, 2016

Lecture pour tous – Entretien avec Michel Foucault

Pierre Dumayet
15 minutes, 1966

Les Trois hirondelles

Jorge Cadena
17 minutes, 2015

Delta Ventura

Fulvio Balmer Rebullida
30 minutes, 2016

Les Herbes hautes

Lou Dahlab
28 minutes, 2016

Conversations – Commerce musical et amoureux

Claude Mouriéras
30 minutes, 1987

Chantier A

Karim Loualiche, Lucie Dèche et Tarek Sami
100 minutes, 2013

Je m’abonne !

A propos Coordination Festival AprèsVaran

Le Festival AprèsVaran est un rendez-vous annuel organisé depuis 2014 par les anciens stagiaires des Ateliers Varan. Le Bureau des Anciens Élèves regroupe 1500 élèves formés depuis plus de 30 ans à Paris et à l’étranger. -En 2014, pour sa première édition, le festival se voulait être un hommage au son. -En 2015, lors de sa deuxième édition, le festival s’est focalisé sur le parcours de réalisateurs confirmés comme Julie Bertuccelli, Mariana Otero et Marie-Pierre Brêtas. -En 2016, le festival traite de l'écriture dans le documentaire.

Laissez un commentaire